Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Regard de Vincent

Septembre 2004

Regard sur l'actualité de Vincent Szymura

Pour réagir à l'article :vincent.szymura@tiscali.fr

 

8205_n 8205_n  L’Evangile est source de paix et d’espérance

 

Prises d’otages, attentats, profanations…

L’actualité est encore marquée par l’absurdité de la violence et de la haine.

 

Cet été j’ai eu la chance de vivre une session biblique et archéologique en Terre Sainte.

Quelle joie de traverser les lieux où le Christ a vécu, enseigné, guéri les malades ! 

Je garde un souvenir très fort de l’heure de prière passée à Gethsémani ainsi que la

messe célébrée au Saint Sépulcre.                                                                                                                    

 (Vincent à gauche)

 

Mais mon pèlerinage a aussi été marqué par la tristesse. Tristesse de voir la haine et la peur de l’autre habiter tant de cœurs sur cette terre où le Fils de Dieu est venu enseigner l’amour et la paix.

Je suis bien incapable de faire une analyse exhaustive de la situation politique actuelle en Terre Sainte. J’ai pu constater sur place la complexité de l’histoire, de la réalité vécue par la population et des décisions politiques. Tout cela m’a un peu troublé dans ma recherche d’une compréhension du conflit trop naïve.

Une seule certitude reste bien ancrée dans mon cœur : nous avons encore et toujours besoin d’entendre l’Evangile de Jésus Christ.

Devant tant de violence et d’incompréhension entre deux peuples vivant sur une même terre, j’ai senti l’appel du Christ à la réconciliation, au pardon et à la justice comme une urgence.

En regardant le mur de séparation, j’ai pensé à ce passage de la lettre de saint Paul aux Ephésiens :

« C’est lui, le Christ, qui est notre paix : des deux, Israël et les païens, il a fait un seul peuple ; par sa chair crucifiée, il a fait tomber ce qui les séparait, le mur de la haine, en supprimant les prescriptions juridiques de la Loi de Moïse. Il  voulait ainsi rassembler les uns et les autres en faisant la paix, et créer en lui un seul Homme nouveau. Les uns comme les autres, réunis en un seul corps, il voulait les réconcilier avec Dieu par la croix : en sa personne, il a tué la haine. » Ep 2, 14-16

La volonté de Dieu est de rassembler toute l’humanité par le lien de la paix qu’il nous offre en Jésus. Pourtant, aujourd’hui encore, l’homme est capable de bâtir des murs de haine. Le mur de séparation en Israël en est une manifestation bien concrète.

Heureusement, tant d’artisans de paix et de justice se lèvent un peu partout dans le monde et travaillent pour un monde plus fraternel. Ainsi, j’ai pu rencontrer des israéliens et des palestiniens qui œuvrent à travers des associations, des écoles ou des rencontres interreligieuses pour que juifs, chrétiens et musulmans puissent apprendre à vivre ensemble. J’ai été particulièrement impressionné par le curé de Tayibé qui se dépense avec beaucoup d’énergie pour la paix en Terre Sainte.

 

L’Evangile est source de paix et d’espérance. A nous de l’approfondir, de le vivre et de l’annoncer. 

Notre monde en a tant besoin.

 

Travailler à la paix est un combat. Cela peut paraître paradoxal mais nous avons tous déjà fait l’expérience qu’il est difficile de pardonner et d’accepter les autres tels qu’ils sont. Pour être un artisan de paix, il faut commencer par régler les petits conflits quotidiens avec nos proches. Or, cela demande parfois de lutter intérieurement contre nous-même, contre notre amour propre. 

La difficulté peut aussi venir du découragement devant l’immensité de la tâche : des conflits et des situations injustes existeront toujours !

Il nous faut donc chercher la force dans l’espérance que nous donne l’Evangile. Car la victoire est en Jésus Christ. La résurrection de Jésus nous montre que la vie et l’amour sont plus forts que la mort et la haine.

Soutenu par l’espérance qui ne déçoit pas ( cf. Rm 5,5 ) et fortifié par la grâce du Saint-Esprit, nous pourrons nous dépenser à construire la civilisation de l’amour, comme nous y appelle notre pape Jean-Paul II. Prenons exemple sur ce défenseur de la dignité de tout homme qui va jusqu’au bout de ses forces. Nous avons encore pu admirer son courage et sa foi lors de son pèlerinage à Lourdes. Car il sait que notre monde qui entend tant de mauvaises nouvelles a besoin d’entendre la Bonne Nouvelle de Jésus Christ.

Article publié par • Publié Jeudi 24 mars 2005 - 21h19 • 1772 visites

Haut de page