Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Tour St Cordon 2004

Quelques photos du Tour Jeunes déjà disponibles ! Nous étions près de 400 à marcher à la suite de Marie. Et avec elle, nous voulions voir Jésus.

PICT2783 PICT2783  PICT2793 PICT2793  PICT2719c PICT2719c  

PICT2799 PICT2799  PICT2662b PICT2662b  PICT2820 PICT2820  

 

Img_0127 Img_0127  

  PICT2797 PICT2797   PICT2779b PICT2779b  

PICT2670 PICT2670  PICT2686 PICT2686  PICT2810 PICT2810  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Témoignage de soeur Marie-François, à l'église du Sacré-Coeur :

 

PICT2700 PICT2700  

Femme consacrée au service de cette merveille qu'est le mystère de la vie.

 

 

On m'a demandé de vous parler sur le thème : le regard de Marie sur son ventre. Cela évoque pour moi, le regard de la femme sur ce tout petit qu'elle porte en elle. De part ma vocation, mon regard est différent tout en étant complémentaire à celui d'une jeune femme. Je vais donc vous partager ce que moi, femme consacrée je vis de part ma mission dans l'Eglise.

 

 

Vocation.

 

En 1997, je suis partie pour les JMJ à Paris, dont le thème était: Venez et voyez.

Pour moi, c'était une invitation très forte car au début de cette même année, cet Evangile m'avait déjà interpellée.

-Une halte à Paray – le – Monial, lieu de pèlerinage : où, à la suite d'un témoignage d'une camarade, j'ai découvert que le Seigneur était réellement présent dans son Eucharistie; dans l'Hostie consacrée. Mon regard sur ce petit "bout de pain", à partir de cet instant, fut totalement différent. Je venais de faire la rencontre avec une Personne.

Après cette découverte, chaque moment de rencontre avec Jésus présent dans son Eucharistie furent différents. Ce n'était plus quelque chose d'abstrait, mais une rencontre concrète, avec une Personne Concrète.

-A Chartres : Pendant un temps d'adoration, où je contemplais Celui-là même qui s'était révélé à moi, je lui posais au plus profond de mon cœur : "Et moi, avec tout ce que je suis, m'aimes-tu?" Et rejoignant le reste du groupe à la fin du temps  d'adoration, une laïque consacrée, membre de la communauté de l'Emmanuel me dit : j'ai un fax du ciel pour toi :"Jésus t'aime !" A cet instant là, une seule parole jaillit en mon cœur :"Ce que tu veux, c'est d'accord; fais de moi, ce que tu veux que je sois!"… Je ne savais alors pas encore que le Seigneur me prendrait au mot!!!

 

-A Longchamp: Au début des JMJ, mon but était : être avec les autres pour rencontrer Jean-Paul II

                        A la fin, j'avais rencontré quelqu'un : Celui à qui j'allais consacrer le reste de ma vie : le Christ.

 

C'est là que le Seigneur m'attendait.

J'avais donc perçu que le Seigneur attendait autre chose que ce que moi je désirai: me marier, et avoir 7 enfants... Il y avait donc une autre vocation… et c'est à celle là que le Seigneur m'appelait…

Deux paroles furent pour moi révélatrices de ce que le Seigneur me demandait : "Le Seigneur gravit la montagne à lui et appelle qui il veut" dans l'Evangile de St Marc et une parole de la Petite Thérèse : "Voilà bien le mystère de ma vocation, de ma vie tout entière; le Seigneur n'appelle pas ceux qui en sont dignes, mais ceux qu'ils lui plaisent !"

En quelque sorte je n'ai pas choisi … Il m'a choisie pour être Petite Sœur et moi j'ai choisi de dire OUI à cet appel, à cet vie de bonheur.

 

 

 

Rencontre des petites sœurs.

 

DCP_5540 DCP_5540   

Quelque mois plus tard, invitée par une amie à aller participer à un WE de jeunes à la maternité de l'Etoile à Puyricard tenue par les PSMC, je fus saisie par l'unité de vie qui habitée ces religieuses entre la vie de prière, de communauté et de service. La joie qui se lisait sur chacun des visages rencontrés; la simplicité, l'amour pour Celui qui les avait choisies et la disponibilité pour les autres, me saisirent. Et à cet instant je fus, d'une certitude intérieure et profonde, certaine que c'était là que je devais passer le restant de ma vie…

En rencontrant pour la première fois les PS des MC, je découvrais en même temps le regard plein d'amour et de tendresse du Père sur la Vie, sur ma vie, sur nos vies, sur la vie cachée dans le sein de la femme… et qui parfois est menacée par celle-là même qui est appelée à le protéger.

 

Regard de Celui    qui de toute éternité nous connaît, et nous aime ;

qui a gravé notre nom dans la paume de sa main ;

et pour qui tous, nous avons du prix à ses yeux.

 

 

 

 Appel à la vie consacrée. 

 

Photo 096 Photo 096  En rencontrant ce jour là les PS, j'ai découvert ainsi que le Seigneur m'appelait, à mon tour, à lui consacrer toute ma vie pour la vie.

Il m'appelait à lui consacrer ma virginité et à la mettre au service de la maternité, de la vie naissante. Quel paradoxe !… quel contraste !

 

Consacrée sa virginité: aujourd'hui, dans un monde où beaucoup de choses, (images, films, revues), exhibe la sexualité et la banalise;

où l'on prône que l'on peut faire ce que l'on veut de son corps sans penser que quelque part on se détruit, et que la souffrance produite est souvent longue à être guérie.

 

Au service de la vie, pour défendre la vie aujourd'hui dans ce monde où la loi sur l'Interruption Volontaire de Grossesse de 75 a été votée, revue et corrigée, et allongée;

où l'on pense que la vie nous appartient et je peux en faire ce que je veux, en allant parfois jusqu'à la supprimer, car elle dérange, ou elle est différente; en pensant, cependant, bien faire pour moi, et pour cet enfant.

Notre mission en tant que Petite Sœur, est d'être auprès des couples à ce moment privilégié qui est  le désir, l'attente, et l'accueil de ce tout petit.

 

 

 

Ma vie de Petite Sœur.

 

 

Photo 011 Photo 011  Pour moi, quand j'entre dans la chambre d'une jeune maman, d'un jeune foyer qui vient d'accueillir un tout petit; j'essaye de porter ce même regard maternel et serviable sur ce couple et leur enfant que portait Marie sur Elisabeth et Jean-Baptiste.

Il est dit dans l'Evangile "Marie partit en hâte"… pour se mettre au service d'une femme enceinte…et qu'elle y demeura 3 mois, probablement jusqu'à la naissance de Jean-Baptiste : service de la maternité et de la vie qui jaillit.

Ce mystère de la Visitation est vraiment pour moi un des mystères de la vie du Christ qui rejoint pleinement ma vie de Petite Sœur.

 

Je donne ou plutôt j'essaye de donner Celui que mon cœur aime, parce que je sais que l'autre, même enfant, même tout petit caché dans le sein de sa mère, est aimé de Dieu. Et je ne peux me donner totalement à chacun que parce que je suis tout à Dieu. Mon cœur, mon amour ne sont pas partagés. Tout est pour lui, donc je peux être tout aux autres.

 

En étant aujourd'hui, quasiment tous les jours en contact avec des mères, des couples des nouveau-nés, je contemple des tout-petits. "Et que c'est grand un tout petit !"s'exclamait un jour un papa tenant, tant bien que mal, son enfant nouveau-né. "Cet enfant n'est pas de nous tout seul !" s'étonnait une maman admirant son tout petit endormi.

 

Photo 061 Photo 061  En tant que femme nous avons un regard contemplatif sur le tout petit. La femme est "sentinelle de l'Invisible" nous rappelait le Saint-Père dans son homélie du 15 Août 2004 à Lourdes.

Oui la femme est gardienne de l'Invisible. Elle protège celui que personne ne voit, ne connaît, pas même elle quand ce tout petit en est à ses premiers moments de développement. Elle est celle qui porte, mystérieusement en elle, une petite vie, qui la nourrit; qui la protège.

En tant que femme consacrée, ce tout petit, je le contemple comme ce petit Jésus, homme-Dieu qui a pris chair dans le sein d'une femme. Et ce qui m'émerveille chaque jour davantage, c'est de me dire que notre Seigneur Jésus Christ, notre Dieu, s'est fait l'un de nous.

Donc si petit soit-il : deux cellules, embryon, fœtus …, l'enfant est en tout semblable au Christ. Il est un autre Christ.

Cet enfant qui grandit, là tout doucement, au chaud, a du prix aux yeux du Seigneur, et comment ne pas croire que Dieu est présent à la formation de ce petit être ?

 

Et c'est cela qui est merveilleux dans notre spiritualité; c'est de découvrir la Paternité de Dieu, cet amour infini que Dieu a sur chacun de ses enfants, de ses tous-petits. Tous sont voulus, aimés et désirés de Dieu.

Dans la bible de nombreux passages nous rapportent cet amour paternel de Dieu.

Is. 43,4 : "Tu comptes beaucoup à mes yeux, tu as du prix et je t'aime."

Is. 49,1 :"Le Seigneur m'a appelé dès le sein de ma mère, dès les entrailles de ma mère, il a prononcé mon nom."

Ps.139 13-16:            "C'est toi qui m'a formé les reins,

qui m'as tissé au ventre de ma mère ;

je te rends grâce pour tant de prodiges :

merveille que je suis, merveille que tes œuvres."

 

"Mon âme, tu la connaissais bien,

mes os n'étaient point cachés de toi,

quand je fus façonné dans le secret,

brodé au profond de la terre."

 

"Mon embryon tes yeux le voyaient ;

sur ton livre, ils sont tous inscrits,

les jours qui ont été fixés,

et chacun d'eux y figure."

 

Jr 1,5 : "Avant même de te former au ventre maternel, je t'ai connu ; avant même que tu sois sorti du sein, je t'ai consacré."

 

Photo 141 Photo 141  Dans nos maternités, nous accueillions chaque enfant comme il est. Nous accompagnons le plus souvent des jeunes couples qui vivent un événement heureux, et nous faisons un petit bout de chemin avec eux.

Il arrive parfois que cet enfant soit porteur d'un handicap. Nous aidons alors ces jeunes parents, confrontés à un diagnostic, à voir dans ce petit être, un enfant, leur enfant à aimer. Et non un "poids" pour la société ou un "problème" pour les années à venir, ni une "souffrance" pour les parents et les frères et sœurs.

Des parents confrontés à ce diagnostic nous disaient : "Avant d'être une souffrance, c'est notre enfant".

 

Nous portons ce regard d'amour de Marie sur Jésus en elle; sur Jésus en l'autre !

Et pour magnifier cette vie qui jaillit, et rendre grâce à l'Amour paternel de Dieu, dans nos maternités, nous annonçons chaque naissance par trois coups de cloches et nous proclamons en communauté, ou chacune dans notre cœur, une prière : la prière d'offrande.

Père Saint, pour réjouir ta paternité, et par Marie notre mère, nous t'offrons un fils (une fille); qu'enfant des ténèbres, il (elle) devienne enfant de Lumière; et qu'incorporé par le Baptême au Corps Mystique du Christ, il (elle) glorifie ton nom de Père, qu'il (elle) travaille à l'avènement de ton règne d'amour, que ta volonté s'accomplisse en lui (elle) sur cette terre comme au ciel pendant l'éternité. Amen!

Ainsi nous nous unissons à l'action de grâces des parents et nous offrons au Père, à sa paternité ce petit d'homme qui vient d'arriver.

 

Oui l'enfant n'est pas un dû, il est un don. Un don pour les parents, un don pour la société; un don pour l'humanité devant lequel je ne cesse et je ne cesserai jamais de m'émerveiller. J'ai eu l'occasion et la joie d'assister à de nombreux accouchements. Chacun était différent; on ne peut pas s'habituer, se lasser de voir jaillir la vie, d'entendre le premier cri de vie !

L'enfant dans le sein de sa mère n'est pas une personne potentielle, mais une personne qui a du potentiel. Et tous ont du potentiel !, même ceux qui sont à nos yeux "différents", car pas comme nous, avec un chromosome en plus ou en moins.

 

C'est pour faire découvrir à l'autre, aux parents en premier, la beauté de la vie, l'importance de la famille, que j'ai consacré ma vie au Seigneur.

Pour faire découvrir la grandeur de ce tout petit, même si sa vie est de quelques heures.

 

Un jeune couple disait : "Si on peut lui donner trois mois d'amour de plus, pourquoi ne pas les lui donner ?" Ils savaient que leur bébé partirait très vite pour le ciel.

Alors, dans ces moments là deux mystères de la vie du Christ se rapprochent très rapidement. Trop rapidement peut-être pour ces parents, pour nous aussi. Celui de la Nativité ; et celui de la Passion.

Oui à cet instant où ce tout petit entre dans la vie et très rapidement dans la Vie Eternelle, la Crèche et la Croix ne font plus qu'un, le berceau et le cercueil s'unissent pour recevoir cet enfant.

 

 

Conclusion.

 

 

Copie de Photo 038 Copie de Photo 038  Avec Marie présente à la naissance de Jésus (évidemment) et au pied de la Croix, je contemple, et je vous invite à contempler également, le visage de Jésus. Ce n'est qu'avec elle et en elle que nous pourrons voir en chaque être humain, Celui-là même qui a donné sa vie pour nous.

Alors, à ce moment là, tous, nous pourrons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour "que la vie, toute vie, soit respectée depuis sa conception, et jusqu'à sa fin naturelle. Oui la vie est un don sacré, dont nul ne peut se faire le maître !" Pour reprendre les paroles même de notre Saint-Père, il y a un peu moins d'un mois à Lourdes.

 

A l'exemple de la Vierge Marie, et avec elle je peux ainsi découvrir le visage du Christ en moi, et dans les autres ; et surtout le visage de notre Seigneur dans le sein de la toute jeune femme de Nazareth.

 

Il nous faut maintenant marcher avec Marie pour voir Jésus, pour aller l'adorer à sa suite et à la suite des mages.

Je vous souhaite une bonne route, cette route qui conduit au service de la vie avec celle qui fut toute sa vie au service de la Vie !

 

Dt 30,19 :"Je te propose la mort ou la vie, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la Vie!"

 

Notre Dame de Vie, priez pour nous ;

Notre Dame du Saint Cordon, priez pour nous !

 

  

Petites Sœurs des Maternités Catholiques

site: A>

Article publié par • Publié Dimanche 12 septembre 2004 • 5811 visites

Haut de page