Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Un père spirituel, à quoi ça sert ?

Du père Emmanuel Péteul, diocèse de Versailles

père péteul père péteul  Un père spirituel à quoi ça sert ?

De nos jours, de plus en plus de prêtres, de religieuses et même de laïcs formés sont sollicités pour être « père spirituel » ou encore « accompagnateur spirituel ». Il faut bien comprendre que cette démarche manifeste un véritable désir d’orienter davantage sa vie vers le Christ et de progresser sur le chemin de la sainteté.

La relation avec le Père Spirituel n’est donc pas une relation quelconque où l’on se contente de « discuter ». Il s’agit fondamentalement d’une rencontre où je me mets sous le regard de Dieu pour apprendre à mieux me connaître et ainsi Lui être toujours plus fidèle, acceptant de ma part une véritable conversion pour mettre le Christ au centre de mon existence. Nous voyons bien que cette relation nous place dans ce qui est le plus fondamental dans notre vie d’homme et de chrétien et donc que l’on ne peut pas en rester à un simple bavardage.

 

Que peut-on attendre d’un Père Spirituel ?

1.Tout d’abord qu’il soit un homme de Dieu par une vie sacramentelle et de prière, qu’il soit profondément attaché au Christ.

2.Qu’il soit aussi un homme d’écoute. L’écoute est fondamentale dans la direction spirituelle. Il est très important que cette écoute du Père Spirituel puisse libérer la parole de celui qu’il accompagne lui permettant aussi de mieux percevoir et comprendre les appels de Dieu. Il s’agit d’une écoute qui entend tout ce qui est dit mais aussi parfois ce qui n’est pas dit ou ce que l’autre cherche à dire. C’est une écoute bienveillante mais non complaisante.

3. Le Père Spirituel doit faire preuve d’une certaine distance pour permettre à l’autre de garder sa liberté en toutes circonstances. Il doit être très présent à celui qu’il accompagne et en même temps discret comme effacé afin de ne pas tomber dans le piège du « fusionnel ». Le Père Spirituel ne pourra donc jamais en aucun cas prendre une décision à ma place ; Il est là simplement pour m’éclairer, m’aider à regarder ma vie sous le regard de Dieu afin que je puisse librement faire des choix. Son rôle est davantage un rôle de miroir destiné à me renvoyer à mes contradictions, mes incohérences, mes avancées.

4.C’est un homme de confiance auquel je peux livrer tout ce que je suis, tout ce que je vis sans craindre son jugement. Cette confiance se fonde sur un acte de Foi. Je crois qu’il est pour moi celui que Dieu m’envoie pour progresser dans la vie chrétienne. Nous sommes ainsi faits que nous avons toujours besoin de quelqu’un pour rendre compte de ce que nous vivons, pour exprimer ce que nous ressentons au plus intime de nous-mêmes et pour oser dire nos manques, nos faiblesses, notre péché, mais aussi tout ce qui est « aimable » en nous. Nous sommes dans la logique même de l’incarnation : Dieu s’est fait homme pour nous rejoindre dans notre existence humaine et Il continue à le faire par des médiations humaines comme celle du Père Spirituel.

5.Le Père Spirituel doit être attentif aux signes de l’Esprit Saint dans la vie du chrétien qu’il accompagne. Cela demande de sa part une très grande attention à l’autre pour discerner l’œuvre de l’Esprit en lui. Chaque être est unique et « l’Esprit souffle où Il veut et tu entends sa voix. » Nous comprenons bien alors que le Père Spirituel ne peut pas se projeter dans celui qu’il accompagne à partir de sa propre expérience, de même il ne doit en aucun cas enfermer celui qu’il accompagne dans un moule pré-établi selon ce que lui jugerait bon. Il est toujours à la fois étonnant et admirable de voir comment l’Esprit conduit une personne dans le temps en l’aidant à mieux se connaître et faire la volonté de Dieu.

6.La présence du Père Spirituel m’aide à renoncer au désir de savoir par moi-même ce qui est bon pour moi et donc par là même de renoncer à un certain orgueil. Je reconnais ainsi à quelqu’un le droit de m’interroger, de me conforter... Cette démarche m’ouvre à un sens ecclésial et m’oblige à objectiver les choses pour ne pas en rester à de simples émotions ou impressions. L’écueil à éviter dans la direction spirituelle est de trop attendre du Père Spirituel. Il faut accepter que le temps fasse son œuvre, cela implique donc une certaine patience. C’est une relation qui se met en place dans le temps et qui nécessite de la fidélité, de la régularité et une certaine durée aussi.

Voilà simplement quelques aspects de la direction spirituelle qui ne sont pas exhaustifs mais qui peuvent vous aider dans le choix du Père Spirituel. Sachez en tous cas que c’est une démarche qui engage profondément et qui permet d’acquérir toujours plus de liberté en faisant ce qui plait au Seigneur.

Père Emmanuel Péteul

Article publié par emmanuel canart • Publié Mercredi 24 janvier 2007 • 25773 visites

Haut de page