Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Traversée de la France en vélo !

Clémence et Evelyne ont vécu la Grande Visitation en vélo ! Une aventure dont on ne revient pas tout à fait les mêmes !

LOURDES 2008 3Aume jour 021 LOURDES 2008 3Aume jour 021   Clémence, quelles étaient tes motivations pour aller à la grande visitation?

Pourquoi tu t'es dis "tiens j'vais faire la grande visitation à vélo"?

Ce pèlerinage est quelque chose d’exceptionnel qui ne se fera pas deux fois étant donné qu’il a été organisé pour le millénaire des apparitions de Notre-Dame du Saint Cordon.

Je me suis dis que faire la grande visitation à vélo était une chance inouïe de vivre quelque chose d’extraordinaire, de vraiment grand. L’idée de faire un pèlerinage itinérant m’a plu : traverser la France à vélo avec Notre-Dame pour aller sur le lieu où elle est apparue à Bernadette, c’est pas commun.

 

Des hésitations avant de t’inscrire, avant de partir ? Pourquoi ?

Oui, j'ai eu des hésitations. Je me disais que je n’arriverai jamais à faire 1200km à vélo, c'était impossible, inimaginable.

 

Des peurs avant de venir ?

Aucune, je savais que Dieu m’accompagnerai tout au long du chemin. J’avais confiance en lui : j’étais sure que ça allait être une magnifique aventure. J’ai eu raison.

 

211 211   Avant de partir, avais-tu des attentes particulières ? Ont-elles été comblées ?

Avant de partir j’avais pour ambition de me rapprocher de Dieu, d’essayer de vivre de superbes moments avec les pèlerins qui nous ont accompagnés, et d’autres seule face à Dieu. Toutes ces attentes ont été parfaitement comblées.

 

Premières journées, premières impressions, quelles sont-elles ?

Au début, j’ai eu un peu peur en ce qui concerne les relations entre nous, la diversité des milieux dont nous venions était assez grande. Cependant, j’ai été rassurée par l’entraide qui naissait déjà entre le groupe des adultes et celui des jeunes (conseils, réglages techniques des vélos). On commençait à prendre nos marques et dès le troisième jour, les tentes se montaient et se démontaient en quelques minutes.

 

 Qu’est-ce qui t’as le plus plu ?

Ce qui m'a le plus plu c'est l’entraide entre les cyclistes que ce soit pour réparer un vélo ou pour remonter le moral quand les difficultés arrivaient. J’ai aussi beaucoup apprécié la bonne ambiance qu'il y avait entre tout le monde, les marcheurs comme les cyclistes.

 

Qu’est-ce qui t’as un peu déçu ?

J'ai du arrêter le vélo à cause d'une blessure. C'était dur pour moi car j’avais vraiment envie de vivre cette aventure jusqu'au bout mais grâce au soutien des autres j’ai gardé le moral.

 

Ton plus grand bravo… pour qui ? pour quoi ?

Mon plus grand bravo est pour l’équipe restauration qui a réussi à s’adapter à toutes les situations (même quand on ne pouvait pas cuisiner). C’était toujours succulent et toujours à l’heure et chaud ou frais selon la température extérieure. Vraiment chapeau.

Un deuxième super bravo pour l’équipe qui a pensé et organisé tout ça depuis deux ans (ça s’est senti). Aucun couac…remarquable ! Bravo à Dominique qui, tous les soirs gérait les couchages divers (camping, lycées, hôtel, chez l’habitant,…). Un immense Merci à eux tous, sans eux, il n’y aurait pas eu nous.

 

 Qu’est-ce qui te manque le plus ?

L'entente qu'il y avait entre tout le monde, la bonne humeur de tous malgré la fatigue et les kilomètres. L’ambiance inter-génération très très bonne et enrichissante.

 

Quels furent tes sentiments en arrivant à Lourdes ? Soulagée ? Heureuse ? Emue ?

En arrivant à lourdes, j’étais très émue. Emue de voir tout ce monde qui attendait Notre-Dame du saint cordon, tout le diocèse de cambrai rassemblé pour nous attendre, et lorsque tous les cyclistes sont arrivés sous les applaudissements de tous, c'était magnifique.

 

Les processions et célébrations chaque soirs, c’était comment ? pesant ? ressourçant ? agréable ? fatiguant ?

Les processions et célébrations étaient ressourçantes, cela permettait de faire la rencontre de personnes des villes et villages dans lesquels nous passions et puis il nous était proposé un temps de relecture, ce qui nous permettait de faire le point sur notre journée et de rendre grâce à Dieu pour tant et tant de merveilles découvertes chaque jour.

 

Les lancements le matin, c’était comment ? efficaces ? boustants ? inutiles ?

Les lancements étaient efficaces car chaque jour nous avions une tonalité à laquelle nous réfléchissions toute la journée c'est cela qui nous permettait d'avoir une plus grande motivation pour arriver au bout de chaque étape. Ces lancements m’ont permit de trouver Dieu sur ma route et de pouvoir me confier a lui.

 

 

Clémence, avec Evelyne 

 

Tout sur la Grande Visitation sur  http://visitation2008.cathocambrai.com/

 

 

Article publié par emmanuel canart • Publié Mercredi 27 août 2008 • 3913 visites

Haut de page